.
Qu'est-ce que l'éolien ?

Le potentiel de la filière éolienne

- La France possède le 1er gisement européen pour l’éolien terrestre. En 2050, l’énergie éolienne (terrestre et en mer) pourrait devenir la première source d’électricité en France (Source : ADEME, L'éolien en 10 questions)

- Aujourd'hui, l'éolien est la 2ème source d’électricité renouvelables la plus utilisée (25.6%) après l’énergie hydraulique en France (Source : RTE, Bilan électrique 2018)

-  La filière représente 1 000 entreprises et 18 000 emplois en France. (Source : Etude sur la filère éolienne française : bilan, prospective et stratégie, ADEME 2017)

Schéma : Répartition des 18 000 emplois équivalents temps pleins de la filière éolienne (Source : ADEME)

Composition d'un parc éolien et d'une éolienne

Un parc éolien est composé de plusieurs éoliennes ; un ou plusieurs postes de livraison électrique ; liaisons électriques (systématiquement enterrées) et de télécommunication ainsi que de chemins d’accès.

Une éolienne est composée de :

-  trois pales réunies au moyeu ; l’ensemble est appelé rotor ;

- une nacelle supportant le rotor, dans laquelle se trouve des éléments techniques indispensables à la création d’électricité (multiplicateur, génératrice, …) ;

- un mât maintenant la nacelle et le rotor ;

- une fondation assurant l’ancrage de l’ensemble.

Eolien et environnement 

Aspects acoustiques

Les parcs éoliens sont soumis à une réglementation stricte, celle des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement, encadrée par l’arrêté du 22 juin 2020 : le parc en fonctionnement ne doit pas induire un bruit ambiant qui dépasse le bruit de fond (lorsque les éoliennes sont à l’arrêt) de plus de 5 décibels le jour et 3 décibels la nuit.

Pour s’assurer du respect de ces prescriptions par le projet, une étude d’impact est confiée à un bureau d’étude acoustique indépendant. Ce dernier mène d’abord une campagne de mesures sur site pour connaître le bruit de fond propre à chaque territoire et son évolution avec le vent, et modélise via logiciel et expérience le bruit des futures éoliennes.

Il dresse ensuite, s’il est nécessaire de réduire le bruit des machines, un plan de fonctionnement qui indique comment elles doivent tourner, selon la vitesse du vent, sa direction, et le moment de la journée. En pratique, les éoliennes sont souvent bridées la nuit, c'est-à-dire que la vitesse de rotation des pales est réduite, afin d’être plus silencieuses.  

Plus tard, peu après la construction du parc, une nouvelle étude doit être réalisée par un bureau d’étude acoustique indépendant pour vérifier que le parc éolien respecte la réglementation, et adapter son fonctionnement le cas échéant. Les résultats sont ensuite transmis à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement).

Quels impacts pour l'environnement ? 

Protection de la biodiversité

Avant d’implanter un parc éolien, des études sont réalisées pour analyser le comportement des oiseaux et des chauves-souris. Ce comportement est pris en compte pour définir la zone d'implantation des éoliennes. L’installation se fait dans la mesure du possible en dehors des principaux couloirs de migration ou des zones sensibles pour les oiseaux nicheurs, comme les zones de nidification (principe d’évitement). Une fois que les principaux enjeux ont été évités, des mesures de réductions peuvent être prises telles que la mise en place de bridage des éoliennes en période de forte activité des chiroptères (chauves-souris).

Tous les parcs éoliens font l'objet d'un suivi régulier de la mortalité de ces espèces. Des travaux sont actuellement menés par l’ADEME en partenariat avec l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la Ligue de Protection des Oiseaux et le Muséum National d’Histoire Naturelle pour réduire encore le taux de mortalité des oiseaux et des chauves-souris.

Qu'en est-il de la préservation des paysages ?

Les paysages naturels sont déjà largement modifiés par l’urbanisation, les routes, les industries... Avant d’installer un parc éolien, les développeurs tiennent compte des particularités du territoire et de l’avis des populations et des collectivités pour que les éoliennes s’intègrent dans le paysage, comme d’autres infrastructures nécessaires (lignes électriques, châteaux d’eau…). Les organismes chargés de la protection du patrimoine, de la nature et/ou de l’architecture sont généralement consultés en amont de la demande d’autorisation par les porteurs de projets. Pour faciliter le travail des experts, des développeurs et des collectivités, un outil est en cours de développement pour visualiser les spécificités paysagères et énergétiques des territoires. (Source : L'éolien en 10 questions, Ademe)

Démantèlement et Repowering

Au bout de 20 à 25 ans d'exploitation, les éoliennes sont démantelées et recyclées. 1 500 turbines devraient arriver au terme de leur contrat d'obligation d'achat dans les cinq prochaines années. Les nouvelles exigences de l’arrêté modificatif de l’arrêté du 26/08/2011 précisent les conditions de démantèlement avec notamment la constitution de garanties financières (50k€ + 10k€/MW si P > 2MW ) ainsi que l’obligation de l’excavation totale des fondations.

Le recyclage des matériaux

-  L’acier et le béton (90 % du poids d’une éolienne terrestre), le cuivre et l’aluminium (moins de 3% du poids) sont recyclables à 100%.

-  Les pales, constituées de composite associant résine et fibres de verre ou carbone (6% du poids de l’éolienne), sont plus difficiles à recycler. Des travaux de recherche sont conduits pour améliorer leur conception et leur valorisation. Parmi les solutions en cours d'optimisation : utiliser le composite comme combustible en cimenterie, le broyer et l’incorporer dans des produits BTP (matériaux de construction du bâtiment) ou encore récupérer les fibres de carbone par décomposition chimique à très haute température (pyrolyse).

-  Les aimants permanents utilisés dans la majorité des éoliennes en mer contiennent des terres rares (moins de 0,001% du poids de l’éolienne) dont l’extraction peut s’avérer polluante. Des études sont actuellement menées pour diminuer la quantité de terres rares utilisées (une éolienne installée au Danemark en février 2019 utilise déjà un principe permettant d'en utiliser 100 fois moins) ; les remplacer par d’autres matériaux, comme la ferrite ; et les recycler et éviter ainsi l’extraction de terres rares vierges.

(Source : L'éolien en 10 questions, Ademe)

Le repowering des éoliennes

En fin de vie du parc, le remplacement des éoliennes par des turbines plus performantes, ou repowering peut être envisagé.

 

Il présente de nombreux avantages :

-  Produire une plus grande quantité d’énergie

-  Préserver les emplois locaux et hausse des retombées économiques

-  Meilleure acceptabilité locale

-  Appui sur données connues et infrastructures existantes

 

Pour plus d'informations :

-ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) : https://www.ademe.fr

- L'éolien en 10 questions, ADEME

-France Energie Eolienne : https://fee.asso.fr

-Syndicat des Energies Renouvelables : http://www.enr.fr

 

 

 

Projet porté par
A propos de Valeco
triangleGris
Interlocuteur
Marie Pascal (chef de projet)
mariepascal@groupevaleco.com
pucePoser une question
triangleOrange
qu'est-ce que
l'éolien ?
puceEn savoir plus sur l'éolien
Qu'est-ce que l'éolien ?

Le potentiel de la filière éolienne

- La France possède le 1er gisement européen pour l’éolien terrestre. En 2050, l’énergie éolienne (terrestre et en mer) pourrait devenir la première source d’électricité en France (Source : ADEME, L'éolien en 10 questions)

- Aujourd'hui, l'éolien est la 2ème source d’électricité renouvelables la plus utilisée (25.6%) après l’énergie hydraulique en France (Source : RTE, Bilan électrique 2018)

-  La filière représente 1 000 entreprises et 18 000 emplois en France. (Source : Etude sur la filère éolienne française : bilan, prospective et stratégie, ADEME 2017)

Schéma : Répartition des 18 000 emplois équivalents temps pleins de la filière éolienne (Source : ADEME)

Composition d'un parc éolien et d'une éolienne

Un parc éolien est composé de plusieurs éoliennes ; un ou plusieurs postes de livraison électrique ; liaisons électriques (systématiquement enterrées) et de télécommunication ainsi que de chemins d’accès.

Une éolienne est composée de :

-  trois pales réunies au moyeu ; l’ensemble est appelé rotor ;

- une nacelle supportant le rotor, dans laquelle se trouve des éléments techniques indispensables à la création d’électricité (multiplicateur, génératrice, …) ;

- un mât maintenant la nacelle et le rotor ;

- une fondation assurant l’ancrage de l’ensemble.

Eolien et environnement 

Aspects acoustiques

Les parcs éoliens sont soumis à une réglementation stricte, celle des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement, encadrée par l’arrêté du 22 juin 2020 : le parc en fonctionnement ne doit pas induire un bruit ambiant qui dépasse le bruit de fond (lorsque les éoliennes sont à l’arrêt) de plus de 5 décibels le jour et 3 décibels la nuit.

Pour s’assurer du respect de ces prescriptions par le projet, une étude d’impact est confiée à un bureau d’étude acoustique indépendant. Ce dernier mène d’abord une campagne de mesures sur site pour connaître le bruit de fond propre à chaque territoire et son évolution avec le vent, et modélise via logiciel et expérience le bruit des futures éoliennes.

Il dresse ensuite, s’il est nécessaire de réduire le bruit des machines, un plan de fonctionnement qui indique comment elles doivent tourner, selon la vitesse du vent, sa direction, et le moment de la journée. En pratique, les éoliennes sont souvent bridées la nuit, c'est-à-dire que la vitesse de rotation des pales est réduite, afin d’être plus silencieuses.  

Plus tard, peu après la construction du parc, une nouvelle étude doit être réalisée par un bureau d’étude acoustique indépendant pour vérifier que le parc éolien respecte la réglementation, et adapter son fonctionnement le cas échéant. Les résultats sont ensuite transmis à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement).

Quels impacts pour l'environnement ? 

Protection de la biodiversité

Avant d’implanter un parc éolien, des études sont réalisées pour analyser le comportement des oiseaux et des chauves-souris. Ce comportement est pris en compte pour définir la zone d'implantation des éoliennes. L’installation se fait dans la mesure du possible en dehors des principaux couloirs de migration ou des zones sensibles pour les oiseaux nicheurs, comme les zones de nidification (principe d’évitement). Une fois que les principaux enjeux ont été évités, des mesures de réductions peuvent être prises telles que la mise en place de bridage des éoliennes en période de forte activité des chiroptères (chauves-souris).

Tous les parcs éoliens font l'objet d'un suivi régulier de la mortalité de ces espèces. Des travaux sont actuellement menés par l’ADEME en partenariat avec l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la Ligue de Protection des Oiseaux et le Muséum National d’Histoire Naturelle pour réduire encore le taux de mortalité des oiseaux et des chauves-souris.

Qu'en est-il de la préservation des paysages ?

Les paysages naturels sont déjà largement modifiés par l’urbanisation, les routes, les industries... Avant d’installer un parc éolien, les développeurs tiennent compte des particularités du territoire et de l’avis des populations et des collectivités pour que les éoliennes s’intègrent dans le paysage, comme d’autres infrastructures nécessaires (lignes électriques, châteaux d’eau…). Les organismes chargés de la protection du patrimoine, de la nature et/ou de l’architecture sont généralement consultés en amont de la demande d’autorisation par les porteurs de projets. Pour faciliter le travail des experts, des développeurs et des collectivités, un outil est en cours de développement pour visualiser les spécificités paysagères et énergétiques des territoires. (Source : L'éolien en 10 questions, Ademe)

Démantèlement et Repowering

Au bout de 20 à 25 ans d'exploitation, les éoliennes sont démantelées et recyclées. 1 500 turbines devraient arriver au terme de leur contrat d'obligation d'achat dans les cinq prochaines années. Les nouvelles exigences de l’arrêté modificatif de l’arrêté du 26/08/2011 précisent les conditions de démantèlement avec notamment la constitution de garanties financières (50k€ + 10k€/MW si P > 2MW ) ainsi que l’obligation de l’excavation totale des fondations.

Le recyclage des matériaux

-  L’acier et le béton (90 % du poids d’une éolienne terrestre), le cuivre et l’aluminium (moins de 3% du poids) sont recyclables à 100%.

-  Les pales, constituées de composite associant résine et fibres de verre ou carbone (6% du poids de l’éolienne), sont plus difficiles à recycler. Des travaux de recherche sont conduits pour améliorer leur conception et leur valorisation. Parmi les solutions en cours d'optimisation : utiliser le composite comme combustible en cimenterie, le broyer et l’incorporer dans des produits BTP (matériaux de construction du bâtiment) ou encore récupérer les fibres de carbone par décomposition chimique à très haute température (pyrolyse).

-  Les aimants permanents utilisés dans la majorité des éoliennes en mer contiennent des terres rares (moins de 0,001% du poids de l’éolienne) dont l’extraction peut s’avérer polluante. Des études sont actuellement menées pour diminuer la quantité de terres rares utilisées (une éolienne installée au Danemark en février 2019 utilise déjà un principe permettant d'en utiliser 100 fois moins) ; les remplacer par d’autres matériaux, comme la ferrite ; et les recycler et éviter ainsi l’extraction de terres rares vierges.

(Source : L'éolien en 10 questions, Ademe)

Le repowering des éoliennes

En fin de vie du parc, le remplacement des éoliennes par des turbines plus performantes, ou repowering peut être envisagé.

 

Il présente de nombreux avantages :

-  Produire une plus grande quantité d’énergie

-  Préserver les emplois locaux et hausse des retombées économiques

-  Meilleure acceptabilité locale

-  Appui sur données connues et infrastructures existantes

 

Pour plus d'informations :

-ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) : https://www.ademe.fr

- L'éolien en 10 questions, ADEME

-France Energie Eolienne : https://fee.asso.fr

-Syndicat des Energies Renouvelables : http://www.enr.fr

 

 

 

triangleBlanc
Interlocuteur
Marie Pascal (chef de projet)
mariepascal@groupevaleco.com
pucePoser une question
Les actualités
PROJET ÉOLIEN DE LA GRANDE CHARME
19 janvier 2021
La première lettre d'information liée au projet éolien du Bois de la Brosse a été envoyée. Retrouvez-la ici
19 janvier 2021
Les services de l'Armée et de la DGAC ainsi que la Mairie de Chaignay ont émis un avis favorable à l'installation d'un mât de mesure, ayant fait l'objet d'une déclaration préalable. Ce mat d’une hauteur de 123,5m avec des haubans de...
06 janvier 2021
Les études environnementales ont débuté au printemps 2020 auprès du bureau d’études Envol Environnement. Trois grands thèmes sont étudiés : les oiseaux, les chauves-souris, et la flore et petite faune. Les experts s’appuient sur des enquêtes et recherches bibliographiques, mais également sur des...
puceVoir toutes les actualités
triangleBlanc
Qu'est-ce que
l'éolien ?
puceEn savoir plus sur l'éolien
.
Les actualités
PROJET ÉOLIEN DE LA GRANDE CHARME
19 janvier 2021
La première lettre d'information liée au projet éolien du Bois de la Brosse a été envoyée. Retrouvez-la ici
19 janvier 2021
Les services de l'Armée et de la DGAC ainsi que la Mairie de Chaignay ont émis un avis favorable à l'installation d'un mât de mesure, ayant fait l'objet d'une déclaration préalable. Ce mat d’une hauteur de 123,5m avec des haubans de...
06 janvier 2021
Les études environnementales ont débuté au printemps 2020 auprès du bureau d’études Envol Environnement. Trois grands thèmes sont étudiés : les oiseaux, les chauves-souris, et la flore et petite faune. Les experts s’appuient sur des enquêtes et recherches bibliographiques, mais également sur des...